Officines : pourquoi mener des entretiens pharmaceutiques ?

Retour
Par Marie Brisack
image

Depuis quelques années, le rôle du pharmacien évolue et se renforce en faveur d’un système de santé résolument axé vers la coordination des professionnels de santé, pour un parcours de soins optimisé. 

Le gouvernement compte sur les pharmaciens, qui, par leur accessibilité (répartition homogène sur le territoire, contact avec des personnes malades comme non-malades) et leur rôle d’orientation dans le système de soins, jouent un rôle toujours plus central dans la promotion et la prévention de comportements favorables à la santé et dans la lutte contre l’inégalité d’accessibilité aux soins. Ainsi, de nouvelles missions de dépistage, de vaccination, ou encore d’information et prévention, par le biais notamment d’entretiens pharmaceutiques, leur ont été confiées… 

Mais alors que l’autorisation de vaccination antigrippale par les pharmaciens a beaucoup fait parler d’elle, qu’en est-il des entretiens pharmaceutiques ? 

Qu’apporte la réalisation de ces entretiens à l’officine ? Représentent-ils un bon moyen de rémunération ? Les patients en ont-ils connaissance ? Nous en parlerons dans cet article !  

 Temps de lecture : 6 minutes

Les entretiens pharmaceutiques, qu’est ce que c’est ?

Sont appelés “entretiens pharmaceutiques”, des entretiens formalisés de prévention entre patient et pharmacien, déroulés sous forme de rendez-vous confidentiels en tête à tête à la pharmacie, et pris en charge par l’Assurance Maladie. 

Le but ? Éduquer, accompagner et conseiller le patient quant au bon suivi de son traitement médical.

Comment est-ce que ça fonctionne ? 

Pour renforcer le rôle des pharmaciens en Santé Publique, la dernière convention nationale des pharmaciens, en 2012, a signé des engagements avec l’Assurance Maladie pour permettre la bonne dispensation de ces entretiens. Depuis des avenants sont venus préciser certains points, encadrant ainsi ces “entretiens pharmaceutiques” de la façon suivante : 

  • Ces entretiens de prévention durent 20 minutes,
  • Ils se déroulent dans un espace confidentiel de la pharmacie,
  • Aujourd’hui, 3 thématiques sont prises en charge par l’Assurance Maladie (à 100% pour le patient, et avec un remboursement pour le pharmacien, de l’ordre de 50 euros pour 2 entretiens la première année, et 30 euros pour un entretien la deuxième année).

Les “entretiens pharmaceutiques” concernent alors les patients : 

  • Majeurs, sous traitement chronique par anticoagulants oraux 
  • Les patients asthmatiques sous prescription de corticoïde inhalé « dont la durée de traitement prévisible est supérieure ou égale à 6 mois » 
  • Les patients polymédiqués de plus de 65 ans en ALD (Affection longue durée) et de plus de 75 ans hors ALD. On appelle alors cet entretien le bilan de médication.

Un atout tant pour les patients que pour les officines ?  

Suite à une étude réalisée par C. Roux en 2018, il apparaît que 9 patients sur 10 se disent satisfaits par ce format d’entretien. Et 81% des patients se disent plus informés. 

Le constat des pharmaciens est, lui, plus mitigé… En effet, de nombreuses officines justifient le fait de ne pas proposer ces entretiens de prévention : par manque de temps, de moyens liés au personnel, ou encore à cause de délais de paiement trop importants de l’Assurance Maladie. Ce qui peut s’entendre et être problématique. Néanmoins, avaient-elles bien toutes les cartes en main au moment de faire leur constat ? On vous explique. 

Ces entretiens de prévention représentent-ils un bon mode de rémunération ? 

Dans un contexte de baisse continue du prix des médicaments, ce nouveau mode de rémunération peut présenter un réel potentiel de croissance pour les officines (à condition de préparer méthodiquement ses entretiens, et de bien communiquer à propos de ce service de santé auprès de sa patientèle) ! Pourquoi ? 

Au cours de l’année 2013, on évaluait le nombre de patients suivant ou ayant suivi un traitement anticoagulant oral à près d’1,5 million. Rapporté au nombre de pharmacies (21 665 au 1er janvier 2019), cela représente environ 70 patients/pharmacie. Les mêmes calculs appliqués à la pathologie asthmatique nous amènent à plus de 165 patients/pharmacie ! Ce ne sont donc pas les patients qui manquent. 

Ainsi, à titre d’exemple, une pharmacie ne dédiant qu’une plage horaire de 3 heures par semaine à ces entretiens formalisés de prévention, chaque mois pendant une année, pourrait ainsi toucher plus de 11 500 euros* ! Mais ce n’est pas tout, il a également été démontré que la satisfaction suscitée chez les patients, grâce aux entretiens menés, participe à la création d’un réel lien de confiance envers le pharmacien, favorisant ainsi la fidélisation patient (phénomène en baisse constante depuis une dizaine année et enjeu actuel pour les pharmacies).
*(9 entretiens x 25 euros)x 52 semaines = 11 700 euros)

Des outils pour vous aider à optimiser ce service de santé

Comme évoqué précédemment, pour que vos entretiens soient qualitatifs (mais aussi rentables) : il vous faut communiquer auprès de votre patientèle, pour l’inviter à prendre rendez-vous, tout en faisant en sorte d’y aborder les informations essentielles en un temps imparti de 20 minutes. Pour cela, des outils peuvent vous aider à vous préparer. 

Tout d’abord, le Cespharm met gratuitement à la disposition des pharmaciens des supports de communication (vidéos à diffuser dans l’espace d’attente, affiches, brochures…) à destination des patients, mais aussi des outils éducatifs et documents professionnels sur 40 thèmes de santé pour enrichir vos entretiens. 

Car en effet, si seulement trois thématiques d’entretiens sont prises en charge par l’Assurance Maladie : rien n’empêche les officines de proposer d’autres thématiques, en fonction bien sûr des compétences annexes que possède leur équipe de professionnels, comme par exemple : le suivi vaccinal, le sevrage tabagique, la nutrition, l’accompagnement homéopathique en oncologie, ou encore le suivi de puériculture… 

C’est ce que propose Valwin, société spécialisée dans le développement de plateformes numériques pour les officines. Afin d’accompagner au mieux les pharmaciens dans leur virage numérique et leurs nouvelles missions, Valwin propose la fonctionnalité “Prise de rendez-vous” : les patients peuvent réserver en ligne le type et l’heure de rendez-vous choisis, en trois clics ! Ce service va de pair avec la mise en avant sur le site internet des spécialités de la pharmacie, fortement recherché par les patients sur le web. 

Alors envie de vous lancer ? Cliquez-ici pour en savoir plus !

> Contactez-nous <

Nos sources :
Ordre National des Pharmaciens
Le Cespharm
Vidal.fr
Thèse de Camille Roux